15414 articles - 12266 brèves

Établissements liés :

Pierre Valentin Boudhors (1754-1831) : un projet de transformation de la prison à Ensisheim

Publication originale : 27 janvier 2022

Dernière modification : 23 février 2023

En savoir plus
Texte de l'article :

En 1806, le préfet du Haut-Rhin demande à l’architecte de la ville de Strasbourg Pierre Valentin Boudhors de dessiner les plans de transformation du dépôt de mendicité en prison centrale à Ensisheim. L’architecte refond totalement le bâtiment existant qui devait rassembler les condamnés de plusieurs départements. Formé à Paris notamment dans le cabinet de Chalgrin, il suit le sillon tracé par les architectes de la Révolution pour qui l’architecture était un acte moralisateur. L’édifice participe de l’éducation du citoyen et doit afficher son efficacité éthique : la prison n’a de justification que dans la réinsertion du condamné dans la société. Néanmoins, cette pédagogie se doit de transparaître dans l’aménagement de bâtiments prenant en compte l’hygiène et la moralisation du lieu. L’architecte s’appuie sur son Discours préliminaire pour expliciter son projet. Il développe une « architecture parlante » et y mêle les éléments architecturaux antiquisants, médiévaux et de la Renaissance italienne. Mais l’ensemble de ses dessins puise surtout son inspiration dans la saline d’Arc-et-Senans de Claude Nicolas Ledoux. À partir des bâtiments existants, il trace un axe central qui partage symétriquement les nouveaux bâtiments et organise une succession de cours destinées aux différents types de prisonniers. Il élabore ainsi un complexe architectural qui mêle expression et moralisation.